Accompagner les familles monoparentales en situation de vulnérabilité face à l'isolement social et l'accès au logement

Fraveillance : un engagement sociétal

Fraveillance est une initiative citoyenne au service des familles monoparentales. Elle a pour vocation de recréer du lien social en facilitant notamment l’accès au logement.

Depuis 2015, Fraveillance apporte des solutions concrètes : renforcement du dossier du candidat locataire, contribution au financement du dépôt de garantie et collecte d’offres de logements adaptées, notamment avec son programme les Maisons des Monoparents, biens collectifs en habitat partagé.

Fraveillance travaille aussi sur l’accompagnement à la Monoparentalité : conseils et ateliers dans ses permanences, cercles de paroles, programmes de médiation et plus récemment des événements festifs pensés tant pour les parents que les enfants de sorte à rompre l’isolement social. 


20% des familles sont en situation de monoparentalité
85% des cas: une maman seule avec son ou ses enfants
1 seul revenu et 3 agendas (parent, femme, salarié)
30% des monoparents vivent sous le seuil de pauvreté
43% vivent en logement social
20% des monoparents vivent dans des logements surpeuplés
40% des appels au 115 par des familles monoparentales


Famisolo-Fraveillance a organisé la première journée FAMISOLO FRAVEILLANCE 2018 à l'école Rouge à Paris dans le 13ème Arrondissment. 

Nous partageons avec vous tout le contenu de cette journée, remplie de joie et de partage !

De nombreux enfants et parents étaient présents pour partager un moment de convivialité. 


Au cœur du projet : la vulnérabilité des familles monoparentales

En quarante ans, le nombre de familles monoparentales n’a cessé de croître, au point qu’elles représentent aujourd’hui 1 famille sur 5. Dans 85 % des cas, il s’agit d’une mère seule vivant avec au moins un enfant. Cette situation est en grande majorité consécutive à une séparation.

Derrière une forme de banalisation se cachent de grandes difficultés à assumer seule l’éducation d’un enfant et à se loger. Les familles monoparentales sont en effet confrontées aux risques de pauvreté, de chômage et de mal-logement, malgré les aides dont elles bénéficient.

Même si la majorité est active, les mères seules, moins diplômées, occupent le plus souvent des postes moins qualifiés, quand elles ne sont pas au chômage.

Trouver pour leur(s) enfant(s) un mode d’accueil adapté à leurs horaires, le plus souvent décalés, est un véritable parcours du combattant. La saturation des structures d’accueil, l’allongement du temps de transport quotidien, etc., font que concilier vie professionnelle et vie personnelle devient un renoncement.

Moins bien logées, le plus souvent en HLM en zones urbaines plutôt sensibles, elles subissent une ségrégation résidentielle.

Plus grave encore, elles représentent dorénavant près de la moitié des personnes des appels d’urgence vers le 115.